Sony est le dernier des fabricants de smartphones à annoncer son départ de la Chine dans le souci d'une réduction des coûts plus que nécessaire. Selon des sources de Reuters, ce mouvement est le dernier en date dans le but de ramener au noir les comptes de sa division mobile.

Les relations de Sony avec le smartphone ne se stabilisent pas, malgré les tentatives successives de la société pour réduire les coûts de plus en plus dans ce domaine. Il rejoint d'autres mouvements, comme la récente décision de ne pas participer à l'E3 2019, laissant PlayStation en dehors de la conférence de jeu vidéo la plus pertinente.

Au cours de l’exercice clos ce mois-ci, le constructeur japonais fait face à des pertes d’un montant équivalent à environ 767 millions d’euros dans la division mobile. À partir de ce mois, la fabrication de smartphones se fera exclusivement en Thaïlande, avec le Xperia 1 en tête.

Les sources affirment que cette décision n'a rien à voir avec les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, ni ne donnent de chiffres sur les emplois qui en seront affectés. En tout état de cause, le fabricant continuera à faire appel à des tiers pour la production d'une partie de ses produits.

Avantages pour les téléphones mobiles à partir de 2020

Sony a distribué 6,5 millions de smartphones au cours de cet exercice, ce qui représente moins de 1% de la part mondiale de ces appareils. Il s'agit de ses principaux marchés, le Japon et Europe En tout cas, il reste optimiste et sans intention de vendre, en donnant la priorité à la vague de téléphones avec la 5G. Il espère également que son entreprise de téléphonie mobile sera positive à compter de l'exercice commençant en avril 2020.

S'associe à d'autres fabricants, tels que Samsung à la recherche d'un espace en Inde ou à la sous-traitance pour amortir les coûts lui permettant de livrer concurrence à nouveau en termes de prix. Un autre exemple est le BQ espagnol, qui a transféré sa fabrication de la Chine vers le Vietnam, plongé dans un processus de vente.

Comme l'a déclaré Reuters, après la vente de Fujitsu à un fonds d'investissement, il reste trois grands fabricants de téléphones au Japon. L'un d'eux est Sony, et les deux autres sont Sharp et Kyocera, tous deux avec une présence plus que limitée dans l'Ouest. Pendant ce temps, Samsung, Huawei et Apple maintiennent la domination du marché.

Cliquez pour tenter d’obtenir un smartphone pliable GRATUIT !